top of page

Etude des épreuves

1. Introduction

 

Il y a quelques jours, le Seigneur m'a parlé et m'a dit de commencer une étude sur les tests et épreuves. Plus précisément sur le quotidien ou le quotidien et le circonstanciel.

 

Dans cette étude, nous allons essayer d'analyser ces deux possibilités et voir si le Seigneur nous donne compréhension et clarté.

 

1.1 Analyse du mot EpREUVE (test)

Avant de commencer l'étude, j'ai trouvé nécessaire de faire une analyse du mot «test» dans le Nouveau Testament. Le mot traduit par test est: πειρασμός (peirasmos).

 

Lorsque nous faisons une analyse de l'occurrence de ce mot dans le Nouveau Testament, nous voyons que ce mot a été traduit de différentes manières (tests, tentation, épreuve).

 

Si la traduction du mot test, elle peut aussi être traduite par tentation, que faisons-nous avec le verset de Jacques qui dit que Dieu ne tente personne, ni ne peut-il être tenté?

 

Jacques 1.13–15 (LS1910)

13 Que personne, lorsqu’il est tenté, ne dise: C’est Dieu qui me tente. Car Dieu ne peut être tenté par le mal, et il ne tente lui-même personne. 14 Mais chacun est tenté quand il est attiré et amorcé par sa propre convoitise. 15 Puis la convoitise, lorsqu’elle a conçu, enfante le péché; et le péché, étant consommé, produit la mort.

 

Après tout, la Bible ne dit-elle pas que le Seigneur épreuve?

 

Psaumes 66.10 (LS1910)

10 Car tu nous as éprouvés, ô Dieu! Tu nous as fait passer au creuset comme l’argent.

 

Proverbes 17.3 (LS1910)

3 Le creuset est pour l’argent, et le fourneau pour l’or; Mais celui qui éprouve les coeurs, c’est l’Éternel.

 

Jérémie 12.3 (LS1910)

3 Et toi, Éternel, tu me connais, Tu me vois, tu sondes mon coeur qui est avec toi. Enlève-les comme des brebis qu’on doit égorger, Et prépare-les pour le jour du carnage!

 

Jean 6.6 (LS1910)

6 Il disait cela pour l’éprouver, car il savait ce qu’il allait faire.

Alors, comment pouvons-nous résoudre cette possible contradiction? Nous savons que la Bible est inspirée par Dieu et qu'il n'y a pas de contradiction (2 Timothée 3:16, 2 Pierre 1: 20–21, Jean 17:17, Psaume 119: 160)

 

Bien que cette question puisse paraître, a priori, une contradiction, en réalité elle ne l'est pas du tout. Comme toujours, nous allons résoudre tous les doutes, car une chose est claire, comme Paul l'a dit dans un autre contexte (Romains 3: 4) mais très applicable à ceci " Que Dieu, au contraire, soit reconnu pour vrai, et tout homme pour menteur ".

 

 1.2  L'intentionnalité de la tentation vs le épreuve (test)

La traduction du mot πειρασμός (peirasmos) par épreuves ou tentations a été choisie par les traducteurs avec une grande rigueur, en comprenant le contexte et avec l'intention de mieux comprendre le concept de la différence entre tentation et épreuve.

 

Afin de comprendre ce concept dont parle la Bible, nous devons faire la différence entre l'intentionnalité lorsque nous parlons d'épreuves et de tentations. La différence est grande et elle est si importante que c'est pourquoi Jacques y met l'accent. Pour cette raison, il nous faut apporter une clarification, afin que l'intention derrière le mot πειρασμός (peirasmos) soit claire pour nous. Comme une intention peut venir de Dieu, et comme une autre intention, jamais, comme le dit Jacques, elle ne peut venir de Dieu.

 

  • L'intention de Dieu (test): l'intention de Dieu de tester est de vaincre et d'être victorieux en son nom en nous soumettant à sa parole et en obéissant à ses préceptes. Derrière le test qui vient de Dieu, il n'y a jamais d'intention malveillante pour nous de tomber dans le péché. C'est pourquoi, pour ne pas être confus, les traducteurs ont utilisé correctement le mot «test».

 

C'est pour cette raison que Jacques dit:

Jacques 1.13–15 (LS1910)

13 Que personne, lorsqu’il est tenté, ne dise: C’est Dieu qui me tente. Car Dieu ne peut être tenté par le mal, et il ne tente lui-même personne. 14 Mais chacun est tenté quand il est attiré et amorcé par sa propre convoitise. 15 Puis la convoitise, lorsqu’elle a conçu, enfante le péché; et le péché, étant consommé, produit la mort.

Jacques le dit parce que Dieu est saint, Il n'a pas de péché. Son intention n'est jamais que nous tombions parce qu'Il est amour et qu'Il est juste. Quand Dieu nous épreuve, c'est pour que nous grandissions dans notre relation avec Lui. Pour que nous soyons plus proches de Lui. Pour que nous dépendions davantage de Lui. Le test qui vient de Dieu est de démontrer notre espérance placée sur Lui, notre obéissance, et toujours c'est bon, parce que la fin n'est pas le péché, mais la victoire sur le péché.

 

1 Jean 2.12–17 (LS1910)

12 Je vous écris, petits enfants, parce que vos péchés vous sont pardonnés à cause de son nom. 13 Je vous écris, pères, parce que vous avez connu celui qui est dès le commencement. Je vous écris, jeunes gens, parce que vous avez vaincu le malin. Je vous ai écrit, petits enfants, parce que vous avez connu le Père. 14 Je vous ai écrit, pères, parce que vous avez connu celui qui est dès le commencement. Je vous ai écrit, jeunes gens, parce que vous êtes forts, et que la parole de Dieu demeure en vous, et que vous avez vaincu le malin. 15 N’aimez point le monde, ni les choses qui sont dans le monde. Si quelqu’un aime le monde, l’amour du Père n’est point en lui; 16 car tout ce qui est dans le monde, la convoitise de la chair, la convoitise des yeux, et l’orgueil de la vie, ne vient point du Père, mais vient du monde. 17 Et le monde passe, et sa convoitise aussi; mais celui qui fait la volonté de Dieu demeure éternellement.

 

  • L'intention de l'ennemi (tentation): c'est là que se fait la différence entre l'épreuve et la tentation. La tentation est quelque chose qui est causé et enraciné pour des fins mauvaises, pour des fins pécheuses. L'intention derrière la tentation est que nous tombons. C'est ce que veut l'ennemi, que nous tombions dans la tentation, que nous péchions et que nous nous détournions de Dieu.

 

Dieu teste selon sa nature (pour notre bien, avec des intentions bénéfiques pour nos âmes, pour nous rapprocher de lui). En revanche, Satan tente selon sa nature (pour notre mal, avec de mauvaises intentions pour nos âmes, pour nous éloigner de Dieu). Cependant, nous devons réaliser qu'aucune tentation n'est quelque chose qui ne peut être résisté mais Dieu fournira le moyen de s'échapper:

1 Corinthiens 10.13 (LS1910)

13 Aucune tentation ne vous est survenue qui n’ait été humaine, et Dieu, qui est fidèle, ne permettra pas que vous soyez tentés au delà de vos forces; mais avec la tentation il préparera aussi le moyen d’en sortir, afin que vous puissiez la supporter.

 

Bien que ce soient les principales variantes que nous voyons de l'origine du test / de la tentation, ce ne sont pas seulement ces deux que le Seigneur nous a révélées à travers sa parole. Il y en a un troisième, dont la fin est nuisible à nos âmes et dont l'origine se trouve en nous-mêmes:

 

The intention of part of our sin (temptation): In this case, the reason for the temptation does not come from a third person (Satan), nor is it a test of the Lord, but rather it is our own will rooted in a sinful nature (entices of our own nature or lust). This is the temptation James speaks of when he says:

 

L'intention d'une partie de notre péché (tentation): Dans ce cas, la raison de la tentation ne vient pas d'une tierce personne (Satan), ni d'un test du Seigneur, mais plutôt de notre propre volonté enracinée dans un nature pécheresse (convoitise). Telle est la tentation dont parle Jacques quand il dit:

 

Jacques 1.13–15 (LS1910)

13 Que personne, lorsqu’il est tenté, ne dise: C’est Dieu qui me tente. Car Dieu ne peut être tenté par le mal, et il ne tente lui-même personne. 14 Mais chacun est tenté quand il est attiré et amorcé par sa propre convoitise. 15 Puis la convoitise, lorsqu’elle a conçu, enfante le péché; et le péché, étant consommé, produit la mort.

 


1.3 Traduction du mot CONVOITISE dans le NT:

Le mot traduit par «convoitise» en grec est le mot «ἐπιθυμία». C'est un mot qui est répété 38 fois dans le NT. Il y a des occasions où le mot est traduit directement par «désir», dans d'autres occasions se traduit par passion, convoiter, sérieux et convoitise.

 

ἐπιθυμία, ας, ἡ (s. ἐπιθυμέω; Pre-Socr., Hdt.+): 1) un grand désir de quelque chose., Désir, désir, envie, 2) un désir de quelque chose. interdit ou simplement démesuré,[1]

Arndt, W., Danker, F. W., Bauer, W., & Gingrich, F. W. (2000). A Greek-English lexicon of the New Testament and other early Christian literature (3rd ed., p. 372). Chicago: University of Chicago Press.

 

Signification de la convoitise: Le terme grec épithumie est traduit par «convoitise» (Rom. 13:14; Éph. 2: 3). De la même manière qu'avec le mot "" test "" dans l'original, le mot "epitumia" peut avoir de bonnes et de mauvaises connotations selon l'intentionnalité. Par exemple, lorsque le Seigneur Jésus dit: « Il leur dit: J’ai désiré vivement manger cette Pâque avec vous, avant de souffrir; », il utilise ce même mot (épithumie = combien j'ai désiré [Lc 22:15]) - Nous voyons aussi à d'autres occasions, lorsque Paul dit aux Philippiens qu'il souhaite être avec eux.

Cependant, si l'intentionnalité ne vient pas enracinée dans l'amour qui vient de Dieu, le mot est utilisé pour indiquer le mauvais penchant de notre nature déchue, qui produit des désirs, une cupidité illégitime, des désirs exagérés, désordonnés, pécheurs.

 

Romains 1.24 (LS1910)

24 C’est pourquoi Dieu les a livrés à l’impureté, selon les convoitises de leurs coeurs; en sorte qu’ils déshonorent eux-mêmes leurs propres corps;

1 Pierre 4.2–3 (LS1910)

2 afin de vivre, non plus selon les convoitises des hommes, mais selon la volonté de Dieu, pendant le temps qui lui reste à vivre dans la chair. 3 C’est assez, en effet, d’avoir dans le temps passé accompli la volonté des païens, en marchant dans la dissolution, les convoitises, l’ivrognerie, les excès du manger et du boire, et les idolâtries criminelles.

Par conséquent, la convoitise concerne un désir singulier issu d'une personne basée sur sa propre volonté d'accomplir ses passions.

 

Bien que l'intention de Dieu soit que nous passions les épreuves (πειρασμός / peirasmos) pour grandir en Lui, être plus proche de Lui, et aussi si nous avons compris que la tentation (πειρασμός / peirasmos) qui vient de Satan vient avec l'intention de nous faire tomber dans le péché, la tentation (πειρασμός / peirasmos) qui vient de notre propre cœur est faite pour nous plaire, pour plaire à nos désirs.

 

C'est peut-être le type de tentation (πειρασμός / peirasmos) auquel nous prêtons le moins d'attention, auquel on accorde moins d'importance, et peut-être aussi celle qui nous fait le plus mal.

 

1.4 L'importance des épreuves.

 

Une fois que nous avons déjà compris que le mot πειρασμός / peirasmos est un mot qui peut être traduit par épreuve mais aussi comme tentation, une fois que nous avons pu faire la distinction de l'intentionnalité quand il s'agit de savoir quel type de mot utiliser, et de prendre en compte considérant que les traducteurs ont utilisé un bon critère lors de la traduction dans notre compréhension actuelle de certains mots en fonction du contexte dans lequel ils se trouvent, à partir de maintenant, nous continuerons avec le texte biblique en analysant chaque type d’épreuve ou de tentation auquel nous sommes soumis chaque jour pour évaluer ce que le Seigneur veut de nous.

 

Les épreuves sont importants, nous devons d'abord comprendre qu'il n'y a rien qui surprend Dieu parce qu'Il sait comment nous réagirions dans n'importe quelle situation. Mais les tests sont très importants pour nous car:

 

  • Ils nous montrent où nous en sommes dans notre relation avec le Seigneur: il est souvent très facile de dire «je ferais ceci et cela dans cette situation» et parfois nous conseillons même aux gens comment ils doivent agir, jusqu'à ce que nous soyons ceux nous sommes testés. Dans les épreuves c’est quand nous voyons vraiment qui nous sommes. Allons-nous dépendre davantage du Seigneur ou allons-nous le blâmer pour notre situation? Remarque: plus tard dans l'étude, nous verrons comment les serviteurs de Dieu ont fait face aux épreuves, afin que nous puissions comprendre à partir de son exemple.

 

  • Les épreuves démontrent aux autres comment les enfants de Dieu agissent dans des circonstances difficiles: nous comprenons cela lorsque l'épreuve est affrontée correctement. Les non-croyants, y compris les autres chrétiens, seront influencés par notre dépendance et notre bénédiction envers Dieu pendant les épreuves.

  • C'est aussi une manière dont Dieu doit montrer à l'ennemi que nous sommes ses enfants:

 

Job 2.1–6 (LS1910)

1 Or, les fils de Dieu vinrent un jour se présenter devant l’Éternel, et Satan vint aussi au milieu d’eux se présenter devant l’Éternel. 2 L’Éternel dit à Satan: D’où viens-tu? Et Satan répondit à l’Éternel: De parcourir la terre et de m’y promener. 3 L’Éternel dit à Satan: As-tu remarqué mon serviteur Job? Il n’y a personne comme lui sur la terre; c’est un homme intègre et droit, craignant Dieu, et se détournant du mal. Il demeure ferme dans son intégrité, et tu m’excites à le perdre sans motif. 4 Et Satan répondit à l’Éternel: Peau pour peau! tout ce que possède un homme, il le donne pour sa vie. 5 Mais étends ta main, touche à ses os et à sa chair, et je suis sûr qu’il te maudit en face. 6 L’Éternel dit à Satan: Voici, je te le livre: seulement, épargne sa vie.

Comment Job a-t-il réagi à cela?

 

Job 2.7–10 (LS1910)

7 Et Satan se retira de devant la face de l’Éternel. Puis il frappa Job d’un ulcère malin, depuis la plante du pied jusqu’au sommet de la tête. 8 Et Job prit un tesson pour se gratter et s’assit sur la cendre. 9 Sa femme lui dit: Tu demeures ferme dans ton intégrité! Maudis Dieu, et meurs! 10 Mais Job lui répondit: Tu parles comme une femme insensée. Quoi! nous recevons de Dieu le bien, et nous ne recevrions pas aussi le mal! En tout cela Job ne pécha point par ses lèvres.

La semaine prochaine, nous verrons les épreuves de Dieu

 

[1] Arndt, W., Danker, F. W., Bauer, W., & Gingrich, F. W. (2000). A Greek-English lexicon of the New Testament and other early Christian literature (3rd ed., p. 372). Chicago: University of Chicago Press.

2. Les épreuves de Dieu

 

Pour commencer cette analyse, nous allons commencer par les tests qui viennent de Dieu. Comme nous l'avons indiqué depuis le début, ce sont des façons dont le Seigneur doit tester nos cœurs, comment nous réagissons à différentes circonstances, pour tester notre obéissance, notre foi. Bien que nous pensons souvent que le test consiste à montrer à Dieu comment nous sommes, en réalité, nous n'allons pas surprendre Dieu par notre manière de réagir. La réalité est que l'intention est aussi (1) une manière dont Dieu a pour montrer à l'ennemi que nous sommes ses enfants, fidèles et obéissants envers lui et (2) pour que nous nous voyions tels que nous sommes.

 

Il est important de toujours se rappeler que l'intention du Seigneur peut aussi être de montrer à l'ennemi que nous sommes ses enfants (de Dieu) et que le péché ne domine pas sur nous.

 

Ce dernier est important, car parfois, lorsque nous sommes confrontés à une épreuve de Dieu, notre réaction à ne pas passer l’ épreuve, est de penser que rien ne va pas non plus, que tout le monde pèche. Au lieu de réagir d'une manière dans laquelle nous voyons que nous avons été désobéissants, nous avons endommagé le cœur de Dieu et sommes tombés en deçà de ce qui doit être un enfant de Dieu.

 

2.1 Différents types d’épreuvesde Dieu

 

Dieu teste son peuple de différentes manières. Ce type de tests peut être à la fois individuel et collectif. Le test individuel et le test collectif visent à nous rapprocher de Dieu. Cependant, il convient de noter que la fin du test ne doit pas toujours être une fin positive en termes de ce que les gens appelleraient «une bonne fin». De la même manière, si le résultat final du test se termine par un résultat négatif selon « la norme »:, cela ne signifie pas non plus que le test a été réussi de manière approuvée ou pieuse. Tout dépendra de notre manière d'affronter l'épreuve. Nous verrons cela plus en détail dans les points suivants.

 

Désormais, nous verrons que les tests de Dieu peuvent être divisés en deux:

 

1. Épreuves personnels

 

2. Épreuves collectifs

 

2.2 Épreuves personnels

 

Ce sont les épreuves que Dieu fait à ses enfants individuellement. L'intention derrière ces épreuves reste la même que toujours: que nous nous rapprochions de lui, que nous dépendions davantage de lui et que nous lui montrions que nous lui sommes vraiment fidèles et que nous l'aimons comme nous le disons.

 

Nous voyons ce type d’épreuves dans de nombreux endroits de la Bible et dans différentes situations. Ci-dessous, nous allons en mentionner quelques-uns puis nous allons les analyser plus en détail:

 

1. Épreuves sporadiques

2. Épreuves quotidiennes

3. Épreuves momentanées

4. Épreuves finales

 

2.2.1 Épreuves sporadiques

 

Ce type d’épreuve est d'un type qui survient à un moment sporadique. C'est une épreuve que Dieu soumet à ses enfants à un certain moment pour un certain but. Par exemple, dans la Bible, nous voyons des cas de ce type comme lorsque Paul a fait naufrage (Actes 27) et s'est retrouvé à Malte. C'était un événement unique où Paul a été mis à l'épreuve.

 

Dans cet exemple, nous voyons comment le navire où Paul allait a été soumis à une forte tempête où ils ont passé du temps sans manger et où ils n'ont pas vu le soleil ou les étoiles (Actes 27.20):

 

Actes 27.20 (LS1910)

20 Le soleil et les étoiles ne parurent pas pendant plusieurs jours, et la tempête était si forte que nous perdîmes enfin toute espérance de nous sauver.

 

La foi de Paul a été mise à l'épreuve ce jour-là, mais il n'a pas perdu espoir. Comme il l'a dit à tout le monde sur le bateau:

 

Actes 27.21–26 (LS1910)

21 On n’avait pas mangé depuis longtemps. Alors Paul, se tenant au milieu d’eux, leur dit: O hommes, il fallait m’écouter et ne pas partir de Crète, afin d’éviter ce péril et ce dommage. 22 Maintenant je vous exhorte à prendre courage; car aucun de vous ne périra, et il n’y aura de perte que celle du navire. 23 Un ange du Dieu à qui j’appartiens et que je sers m’est apparu cette nuit, 24 et m’a dit: Paul, ne crains point; il faut que tu comparaisses devant César, et voici, Dieu t’a donné tous ceux qui naviguent avec toi. 25 C’est pourquoi, ô hommes, rassurez-vous, car j’ai cette confiance en Dieu qu’il en sera comme il m’a été dit. 26 Mais nous devons échouer sur une île.

 

Que nous apprend cet exemple?

 

• Face à l'épreuve et à l'incertitude, Paul a fait confiance au message qu'il a reçu de l'ange de Dieu.

 

• Il n'a pas douté du message ou de la vision disant: "c'était le fruit de mon imagination car je n'avais pas mangé depuis plusieurs jours".

 

• Combien de fois Dieu nous a-t-il parlé à travers des rêves, des visions et avons-nous douté?

 

Beaucoup pourraient dire: si un ange de Dieu nous apparaît en disant cela, nous serons également calmes. Cependant, le Seigneur nous parle dans les rêves, dans les prophéties et à travers la Bible dans de nombreuses circonstances et pourtant nous n'avons toujours aucune foi ou nous nous plaignons contre Dieu.

 

Ci-dessous, nous allons mettre d'autres exemples, parmi beaucoup de ce style que nous voyons dans la Bible:

1. Moïse et Aaron devant Pharaon: Quand le Seigneur lui a dit et Aaron de jeter la verge devant Pharaon afin qu'elle devienne un serpent (Exode 7: 8-13). La foi de Moïse et d'Aaron pourrait être testée par Dieu en ce moment, à la fois en faisant confiance à Dieu pour dire cela devant Pharaon, et en ayant confiance que Dieu allait accomplir le miracle en jetant la verge au sol, comme quand les sorciers de Pharaon ont réussi. en accomplissant le même miracle, mais la verge d'Aaron a dévoré leurs serpents:

 

Exode 7.8–13 (LS1910)

8 L’Éternel dit à Moïse et à Aaron: 9 Si Pharaon vous parle, et vous dit: Faites un miracle! tu diras à Aaron: Prends ta verge, et jette-la devant Pharaon. Elle deviendra un serpent. 10 Moïse et Aaron allèrent auprès de Pharaon, et ils firent ce que l’Éternel avait ordonné. Aaron jeta sa verge devant Pharaon et devant ses serviteurs; et elle devint un serpent. 11 Mais Pharaon appela des sages et des enchanteurs; et les magiciens d’Égypte, eux aussi, en firent autant par leurs enchantements. 12 Ils jetèrent tous leurs verges, et elles devinrent des serpents. Et la verge d’Aaron engloutit leurs verges. 13 Le coeur de Pharaon s’endurcit, et il n’écouta point Moïse et Aaron selon ce que l’Éternel avait dit.

 

Que nous apprend cet exemple?

 

• La confiance en la parole de Dieu donnée par Moïse (Aaron n'a pas hésité)

• Devant les menaces de l'ennemi et les miracles de la part des armées maléfiques, ne soyez pas intimidé, mais restez confiant en la puissance de Dieu.

• Combien de fois, face à l'opposition de l'ennemi, continuons-nous à faire confiance à Dieu ou nous laissons-nous vaincre par sa «puissance»?

 

2. Abraham et Isaac (Genèse 22: 1-24): Dieu a testé Abraham à une occasion spécifique quand il lui a dit qu'il devait délivrer son fils. En fait, nous voyons clairement comment était un test car le même texte nous dit:

 

Genèse 22.1–2 (LS1910)

1 Après ces choses, Dieu mit Abraham à l’épreuve, et lui dit: Abraham! Et il répondit: Me voici! 2 Dieu dit: Prends ton fils, ton unique, celui que tu aimes, Isaac; va-t’en au pays de Morija, et là offre-le en holocauste sur l’une des montagnes que je te dirai.

Cette fois, nous voyons comment Abraham vit une épreuve unique ou sporadique. Nous voyons que la manière de réagir d'Abraham était comme on pouvait s'y attendre d'un serviteur de Dieu. Il n'a pas essayé d'échapper à l'appel de Dieu, il n'a pas essayé de dire que peut-être qu'il n'était pas du Seigneur et que c'était son imagination.

 

En fait, Abraham se leva tôt, sella son âne et ce dont il avait besoin pour voyager, prit deux de ses serviteurs, Isaac et coupa du bois pour l'holocauste et se rendit là où Dieu l'avait envoyé (v3). Il a tout fait avec l'intention de faire ce que Dieu lui avait ordonné:

 

Genèse 22.9–14 (LS1910)

9 Lorsqu’ils furent arrivés au lieu que Dieu lui avait dit, Abraham y éleva un autel, et rangea le bois. Il lia son fils Isaac, et le mit sur l’autel, par-dessus le bois. 10 Puis Abraham étendit la main, et prit le couteau, pour égorger son fils. 11 Alors l’ange de l’Éternel l’appela des cieux, et dit: Abraham! Abraham! Et il répondit: Me voici! 12 L’ange dit: N’avance pas ta main sur l’enfant, et ne lui fais rien; car je sais maintenant que tu crains Dieu, et que tu ne m’as pas refusé ton fils, ton unique. 13 Abraham leva les yeux, et vit derrière lui un bélier retenu dans un buisson par les cornes; et Abraham alla prendre le bélier, et l’offrit en holocauste à la place de son fils. 14 Abraham donna à ce lieu le nom de Jehova-Jiré. C’est pourquoi l’on dit aujourd’hui: A la montagne de l’Éternel il sera pourvu.

 

Une des choses que nous apprenons est qu'Abraham était si sûr qu'il allait faire ce que Dieu lui avait ordonné, qu'il pensait que ce serait une possibilité que Dieu ressuscite Isaac d'entre les morts, une fois qu'il aurait commis le sacrifice que Dieu a demandé. lui:

Hébreux 11.17–19 (LS1910)

17 C’est par la foi qu’Abraham offrit Isaac, lorsqu’il fut mis à l’épreuve, et qu’il offrit son fils unique, lui qui avait reçu les promesses, 18 et à qui il avait été dit: En Isaac sera nommée pour toi une postérité. 19 Il pensait que Dieu est puissant, même pour ressusciter les morts; aussi le recouvra-t-il par une sorte de résurrection.

 

Dans ce test spécifique, nous voyons beaucoup de choses dont nous devons apprendre. Entre autres, nous voyons comment (1) non seulement Abraham n'a pas essayé d'échapper au commandement du Seigneur avec des excuses, (2) comment son intention était d'exécuter le commandement du Seigneur, mais nous voyons aussi (3) comment il avait confiance et croyait en la ferme promesse du Seigneur, dans sa parole:

Genèse 21.12 (LS1910)

12 Mais Dieu dit à Abraham: Que cela ne déplaise pas à tes yeux, à cause de l’enfant et de ta servante. Accorde à Sara tout ce qu’elle te demandera; car c’est d’Isaac que sortira une postérité qui te sera propre.

Dans ce test spécifique, nous voyons beaucoup de choses dont nous devons apprendre:

 

1. Abraham n'a pas essayé d'échapper au commandement du Seigneur avec des excuses.

2. Son intention était d'exécuter le commandement du Seigneur.

 

   Il a fait confiance et a cru en la ferme promesse du Seigneur, en sa parole

 

3. Shadrach, Meshach et Abed-Nego (Daniel 3: 1–30): Dans cette épreuve sporadique, Shadrach, Meshach et Abed-Nego se trouvaient à Babylone, où le roi Nebucadnetsar fit une statue d'or de soixante-dix coudées de haut et six coudées de large.

 

Le jour de la consécration de la statue (v3), le héraut du roi a dit ce qui suit (V4-6):

 

Daniel 3.4–6 (LS1910)

4 Un héraut cria à haute voix: Voici ce qu’on vous ordonne, peuples, nations, hommes de toutes langues! 5 Au moment où vous entendrez le son de la trompette, du chalumeau, de la guitare, de la sambuque, du psaltérion, de la cornemuse, et de toutes sortes d’instruments de musique, vous vous prosternerez et vous adorerez la statue d’or qu’a élevée le roi Nebucadnetsar. 6 Quiconque ne se prosternera pas et n’adorera pas sera jeté à l’instant même au milieu d’une fournaise ardente.

Quand tout le monde a entendu la musique, ils sont tombés et ont adoré la statue d'or à l'exception de trois hommes juifs (12). La raison était parce qu'ils savaient que Dieu est un Dieu jaloux (Exode 34:14) et que faire de la sculpture ou de l'image moulée était une abomination au Seigneur (Deutéronome 27:15) et quiconque l'a fait était maudit:

Exode 34.14 (LS1910)

14 Tu ne te prosterneras point devant un autre dieu; car l’Éternel porte le nom de jaloux, il est un Dieu jaloux.

Deutéronome 27.15 (LS1910)

15 Maudit soit l’homme qui fait une image taillée ou une image en fonte, abomination de l’Éternel, oeuvre des mains d’un artisan, et qui la place dans un lieu secret! Et tout le peuple répondra, et dira: Amen!

 

Comme on le sait, Nabuchodonosor a appelé ces trois hommes juifs, les a menacés que si la prochaine fois qu'ils ne faisaient pas ce qu'il avait ordonné, ils seraient jetés dans une fournaise ardente (v13-15):

Daniel 3.13–15 (LS1910)

13 Alors Nebucadnetsar, irrité et furieux, donna l’ordre qu’on amenât Schadrac, Méschac et Abed-Nego. Et ces hommes furent amenés devant le roi. 14 Nebucadnetsar prit la parole et leur dit: Est-ce de propos délibéré, Schadrac, Méschac et Abed-Nego, que vous ne servez pas mes dieux, et que vous n’adorez pas la statue d’or que j’ai élevée? 15 Maintenant tenez-vous prêts, et au moment où vous entendrez le son de la trompette, du chalumeau, de la guitare, de la sambuque, du psaltérion, de la cornemuse, et de toutes sortes d’instruments, vous vous prosternerez et vous adorerez la statue que j’ai faite; si vous ne l’adorez pas, vous serez jetés à l’instant même au milieu d’une fournaise ardente. Et quel est le dieu qui vous délivrera de ma main?

 

Leur réponse a l’épreuve ’’était facile, ils allaient à tout prix suivre le commandement du Seigneur car ils savaient, comme Abraham, que Dieu avait le pouvoir de les sortir du four, et sinon, en tout cas, ils n’allaient pas ne servirait aucun de leurs dieux (v16-18):

 

Daniel 3.16–18 (LS1910)

16 Schadrac, Méschac et Abed-Nego répliquèrent au roi Nebucadnetsar: Nous n’avons pas besoin de te répondre là-dessus. 17 Voici, notre Dieu que nous servons peut nous délivrer de la fournaise ardente, et il nous délivrera de ta main, ô roi. 18 Sinon, sache, ô roi, que nous ne servirons pas tes dieux, et que nous n’adorerons pas la statue d’or que tu as élevée.

Face à leur réponse, Nabuchodonosor fut rempli de colère et ordonna que le four soit chauffé sept fois plus que la normale, à tel point que les gens qui les attachaient furent consumés par les flammes du feu (V22). Cependant, leur plan n'a pas porté ses fruits, comme Dieu les a délivrés en envoyant un ange (selon les paroles de Nabuchodonosor lui-même - v28), ou comme ceux de son conseil l'ont dit, un dont l'apparence était semblable à un fils des dieux (V25 ) et a dû exalter le vrai Dieu, au point qu'il a dit par décret que quiconque blasphémerait contre leur Dieu devrait être démembré et sa maison transformée en bouse (v29).

 

Que pouvons-nous apprendre?

 

• Face à la réponse loyale de ces trois serviteurs de Dieu, la fin leur parut encore plus cruelle

• Ils n'ont pas reculé devant les menaces

• Ils ont fait confiance à Dieu, sachant qu'Il pouvait les sortir de cette situation

• Ils avaient aussi à l'esprit qu'ils auraient pu être brûlés et mourir à cause de Dieu.

• Quoi qu'il en soit, ils n'allaient jamais se soumettre au culte des idoles (qui sont des démons selon Paul dans 1 Corinthiens 10: 19-20)

 

Ce test était important, car, bien qu'il soit unique, il aurait pu être un test final où ils sont morts en martyrs pour le Seigneur. Cependant, ils étaient fermes face à cette possibilité, sachant qu'à la fin ils iraient être avec le Seigneur.

2.2.1.2 Exemples bibliques d'échecs dans une épreuve sporadique:

 

Ces exemples que nous voyons ici ne doivent pas nécessairement être des épreuves de Dieu puisque la Bible ne nous le dit pas. Mais nous pourrions en déduire que cela peut être du contexte et de ce que Dieu dit à certaines de ces personnes.

 

1. Le déni de Pierre (Mt 26: 69–75, Mr 14: 66–72, Lc 22: 55–62, Jn 18: 15–18, Jn 18: 25–27): Comme nous le savons tous, Pierre a renié Jésus trois fois avant que le coq ait chanté deux fois. Ceci est important à voir car nous voyons quelle a été la réponse de Pierre lorsque Jésus lui a dit ce qui allait se passer:

 

Marc 14.29–31 (LS1910)

29 Pierre lui dit: Quand tous seraient scandalisés, je ne serai pas scandalisé. 30 Et Jésus lui dit: Je te le dis en vérité, toi, aujourd’hui, cette nuit même, avant que le coq chante deux fois, tu me renieras trois fois.31 Mais Pierre reprit plus fortement: Quand il me faudrait mourir avec toi, je ne te renierai pas. Et tous dirent la même chose.

 

Cependant, la vérité était différente. Pierre a échoué à cette épreuve possible de foi de la part du Seigneur. Souvenons-nous qu'en de nombreuses occasions, Dieu nous parle des conséquences de son refus.

 

• Nier Jésus-Christ entraîne le jugement: Jn 12, 48 Voir aussi Mt 12: 38–42 pp Lc 11: 29–32

 

• Nier Jésus-Christ implique d'être remplacé par d'autres: Actes 13:46 Voir aussi Mt 21: 40–41 pp Mr 12: 9 pp Lc 20: 15–16; Actes 18: 5–6

 

• Renier le Christ, c'est être renié par le Christ: 2 Tim 2:12 Voir aussi Mt 10:32; Monsieur 8:38

 

• Mise en garde contre ceux qui renient Jésus-Christ: 2 P 2: 1 Voir aussi 1 Jn 2: 22–23; 2 Jn 7; Juge 4

 

Pierre était déjà au courant de cela, donc plus tard dans sa deuxième lettre, il parle de la destruction qu'apporte le refus de Jésus:

 

2 Pierre 2.1 (LS1910)

1 Il y a eu parmi le peuple de faux prophètes, et il y aura de même parmi vous de faux docteurs, qui introduiront des sectes pernicieuses, et qui, reniant le maître qui les a rachetés, attireront sur eux une ruine soudaine.

  

2. Jonas ne voulant pas aller prophétiser: Cet événement s'est produit lorsque Dieu lui a ordonné d'aller à Ninive pour prophétiser contre eux. Cependant, Jonas a décidé de fuir la présence du Seigneur en se rendant à Tarsis (pensant qu'il était possible de fuir Dieu). Nous connaissons tous l'histoire, comment un grand poisson l'a avalé, il est allé à Ninive, il a prophétisé et ils se sont repentis. Cependant, ce que nous voyons dans cette histoire est un autre exemple de désobéissance au commandement (épreuve) du Seigneur. Jonas ne voulait pas entreprendre l'appel du Seigneur de sa propre volonté. Malgré cela, Dieu avait des plans qui n'allaient pas être brisés.

 

3. Moïse avec le rocher (Nombres 20: 7-13): Quand Dieu a parlé à Moïse lui disant qu'il devait rassembler les gens qui se plaignaient de ne pas avoir d'eau et ils ont montré leur colère contre Dieu en disant qu'ils auraient fait mieux s'ils avaient été tués (v3), Dieu a donné un ordre clair à Moïse. Il devait prendre sa verge, rassembler les gens et parler au rocher et cela leur donnerait de l'eau (V8). Cependant, Moïse n'a pas fait ce que Dieu avait ordonné, mais il a frappé le rocher avec la verge deux fois et de nombreuses eaux en sont sorties (V10).

 

Ici, nous voyons un autre exemple où un serviteur de Dieu désobéit (pourrait être une épreuve) Dieu avant un commandement. Aussi, comme dans le cas de Jonas, nous voyons que, bien que la volonté de l'homme soit contre celle de Dieu (Moïse ne parle pas mais frappant le rocher), Il fera toujours sa volonté pour démontrer sa puissance au peuple. Mais bien sûr, cela ne signifie pas que la désobéissance de Moïse n'est pas restée impunie. Nous voyons à quoi Dieu répond aux versets 12 et 13:

 

Nombres 20.12–13 (LS1910)

12 Alors l’Éternel dit à Moïse et à Aaron: Parce que vous n’avez pas cru en moi, pour me sanctifier aux yeux des enfants d’Israël, vous ne ferez point entrer cette assemblée dans le pays que je lui donne. 13 Ce sont les eaux de Meriba, où les enfants d’Israël contestèrent avec l’Éternel, qui fut sanctifié en eux.

4. David avec Bathshéba (2 Samuel 12): Quand David marchait sur le toit de la maison royale, il vit Bathshéba se baigner. Nous savons tous comment cette affaire s'est terminée et les problèmes qu'elle a posés à David. Ici, nous voyons un autre exemple possible où Dieu pourrait utiliser la situation pour tester David. Cependant, David n'a pas réussi le test de Dieu.

 

2.2.1.3 Comment appliquer des tests sporadiques dans nos vies

 

Ce genre d’épreuve peut être proposée par Dieu dans un moment spécifique pour voir comment nous réagissons face à un «défi». Ce type d’épreuve peut être quelque chose de petit ou de plus grand, mais c'est quelque chose qui nous arrive une fois.

 

Quelques exemples peuvent être les suivants:

 

• Un accident de voiture mineur, où rien de spécifique ne nous arrive, mais nous devons réparer la voiture ou nous avons une blessure sporadique.

 

• Nous cassons un objet que nous aimons.

 

• Une chemise très chère est tachée.

 

Souvenons-nous toujours de ce qui suit:

 

1 Corinthiens 10.13 (LS1910)

13 Aucune tentation ne vous est survenue qui n’ait été humaine, et Dieu, qui est fidèle, ne permettra pas que vous soyez tentés au delà de vos forces; mais avec la tentation il préparera aussi le moyen d’en sortir, afin que vous puissiez la supporter.

2 Pierre 2.9 (LS1910)

9 le Seigneur sait délivrer de l’épreuve les hommes pieux, et réserver les injustes pour être punis au jour du jugement,

 

Hébreux 4.15–16 (LS1910)

15 Car nous n’avons pas un souverain sacrificateur qui ne puisse compatir à nos faiblesses; au contraire, il a été tenté comme nous en toutes choses, sans commettre de péché. 16 Approchons-nous donc avec assurance du trône de la grâce, afin d’obtenir miséricorde et de trouver grâce, pour être secourus dans nos besoins.

 

1 Jean 4.4 (LS1910)

4 Vous, petits enfants, vous êtes de Dieu, et vous les avez vaincus, parce que celui qui est en vous est plus grand que celui qui est dans le monde.

 

La semaine prochaine, nous verrons un autre type d’épreuves : les épreuves quotidiennes….

epreuves 2
epreuves 3
epreuves 4

TRAVAIL D'ÉQUIPE BENEVOLENT

CHAQUE PERSONNE SIMPLE QUI COLLABORE AVEC CE MINISTÈRE LE FAIT GRATUITEMENT. LES DONS REÇUS SONT DESTINÉS À GARDER LE MINISTÈRE À PIED COUVRANT LE COÛT D'ACHAT DES BIBLES, L'EXPÉDITION ET LES COÛTS LIÉS À L'ENTRETIEN DE LA PAGE WEB

L'ÉQUIPE DE LA VÉRITÉ DE LA BIBLE

bottom of page